L'émulation... Et chez les autres ?

Cela fait un petit moment que j'utilise un raspberry pi 3 sous Retropie comme station d'émulation avec ma TV remplaçant avantageusement, nottement en terme de place, de câbles et d'énergie consommée, mes nombres consoles retro, reléguées depuis à se pavaner sur mon étagère.

J'ai récemment acquis un Pi 4 et je me suis donc renseigné un peu sur les différentes distributions compatibles et leurs apports par rapport à leurs anciennes versions.

J'ai bien évidemment installé Retropie mais j'ai aussi vu récemment une vidéo officielle de Recalbox lors du lancement de la version 7. J'ai donc décidé de tester également cette même version. J'ai regardé brievement Batocera mais pas assez regardé la documentation pour me lancer dans le test.

Les lignes suivantes feront donc comparaison entre Retropie 4.6 et Recalbox 7.0 en tant que tel et leur utilisation dans un environnement OSX.

Alors pour l'intallation, l'un comme l'autre sont très simple, à la manière d'un raspbian classique. Sauf qu'il faudra peut-être modifier le fichier de boot pour que la sortie HDMI fonctionne suivant votre téléviseur. A noter que Recalbox, depuis sa version 7, propose des mise à jour automatique sans avoir besoin de tout réinstaller. (+1 Recalbox)

Pour l'installation de roms par contre, Retropie vous oblige, soit à configurer un lecteur externe pour mettre vos roms, ou configurer le ssh sur votre raspberry pour envoyer vos roms sur la carte sd via sftp. Concernant Recalbox, il suffit d'insérer votre carte SD dans un lecteur de votre Mac et dans la partition nommée Share, y copier tranquillement vos roms. (+1 Recalbox)

Les émulateurs. Alors de ce point de vue Retropie propose sans nul doute le plus large choix et vous propose même d'en ajouter là où Recalbox, en plus de limiter les systèmes à ceux qu'il considère jouable, se permet même de faire des fausse joie dans sa documentation. En effet, ces derniers indiquent qu'un émulateur Sega Saturn est présent dans la distribution pour le Pi4, mais en réalité c'est totalement faux et cela m'a beaucoup frustré car c'est LE core que je voulais principalement testé. Ceci dit j'ai pu le faire grâce à Retropie, et s'il est vrai que c'est encore assez lent, malgré l'architecture du Pi4, on peut au moins s'essayer à un Shining Force 3 de façon convenable si on coupe le son. (+1 Retropie)

L'avantage de ses systèmes, c'est que les manettes sont déjà configurées, on lance l'émulateur et on joue dans les meilleures conditions. Enfin presque, puisqu'avec une manette Xbox360, si sous Recalbox le pad de direction est mappé autant sur le pad de direction de la manette que le joystick de la manette, pour Retropie, de base, le pad est mappé sur le pad et c'est tout. Il faut ouvrir une connexion ssh et modifier la configuration de retroarch pour avoir le même avantage que Recalbox. Par contre, jouer à Golden Eye sur Recalbox est à oublier car là où il n'y a aucun soucis avec Retropie, sous Recalbox, quelque soit le core, lorsqu'on avance, la caméra bouge également. La N64 est donc presque injouable. (+1 Retropie)

SI je n'ai pas testé tous les ports ni tous les émulateurs d'ailleurs, si Retropie en offre bien plus que Reclabox, les plus connus sont présent dans les deux distributions, mais sont-elles au même niveau ? L'exemple qui fâche est scummvm puisque si sous Retropie, ScummVM se lance comme dans n'importe quel environemment et qu'il suffit alors d'ajouter comme sur un micro ses jeux, sous Recalbox, il y a visiblement une surcouche qui, devait certainement rendre la configuration plus facile en analysant les dossier et ajoutant lui même les jeux, mais rend l'intérêt quasiement nul de ce magnifique outils puisqu'auncun de mes jeux installés n'ont été reconnu par Recalbox là ou ils sont reconnus comme il se doit sur n'importe quel autre ScummVM de n'importe quel autre système. (+1 Retropie)

Mais l'autre information qui m'a fait testé Recalbox, est le scrapping, cette technique permettant de récupérer des données du jeu dont la jaquette pour avoir un affichage moins austère et plus sympathique. Et là, Recalbox à mit le pacquet dans sa vidéo, montrant toute la simpicité d'utilisation. Ni une ni deux je me suis empressé de tester sauf que... Premièrement, vos roms ne seront jamais reconnues si elles sont zippées. Cela demande de faire un scrap, puis zipper vos roms pour gagner la place précieuse possible sur une carte SD et enfin ouvrir le fichier xml gamelist pour renommer le fichier rom avec le nom du zip. C'est fastidieux mais encore cela fonctionne, parce le second point c'est que si Recalbox fait monts et merveilles de cette fonction proposant même l'exitente possibilité de récupérer des configuration de mapping de touche clavier pour notre manette avec des jeux de micros. Pour tout cela, Recalbox semble s'être associé à un site de scrapping proposant la langue française, c'est l'unique site que Recalbox propose et c'est malheureusement l'unique site actuellement down et donc rendant le scrap impossible. Au moins Retropie ne fait pas trop de bruit sur cette fonctionnalité, et même s'il est vrai qu'elle semble moins développée, elle propose au moins la connexion à un site alternatif qui fonctionne bien, même si la résolution de conflit n'est pas bonne. Bref, l'un annonce une top fonctionnalité qui se révelle HS et l'autre propose cette fonctionnalité en version minimale et donc rébarbative. (Je ne sais pas à qui donner un point la dessus).

Pour conclure, si vous n'avez pas peur de mettre un peu les mains dans le cambouis et que vous avez quelques notions de réseau et de commandes linux, alors Retropie est sans nul doute l'incontournable. Certes il demande un peu de temps pour que le paramétrage soit parfait et sans doute un temps certains si vous souhaitez scrapper vos jeux (surtout si vous en possédez un nombre volumineux). J'ai été déçu par ce dernier Recalbox qui à part sa mise à jour automatique, a fait beaucoup d'annonce mais au final ne tient pas forcément toutes ses promesses. Je le réserverais à un utilisateur qui veux une petite station d'émulation facile et rapide à mettre en place quitte à se limiter dans les systèmes émulés.

Réponses

  • On continue sur Raspberry Pi 4 avec TwisterOS.

    C'est un OS presque complet dont l'interface singe celles de bien connues de Microsoft, Apple ou distributions Linux bien connues.

    L'installation se fait très facilement et l'IHM choisie reproduit au plus proche celle originale ce qui fait qu'on retrouve très vite ses repères moyennant quelques aménagement, OS différents oblige.

    Tout pour en faire un nano-ordinateur fonctionnel est présent (lecteur multimédia, navigateur internet, client mail, agenda, suite bureautique, gestionnaire de photo, IDE de dev etc.), même un gestionnaire d'application permettant d'installer ou supprimer simplement les applications les plus connues.

    PiKiss est aussi présent, permettant d'installer des jeux et interpréteurs de jeux comme Diablo, Half-Life, Heroes of Might & Magic 2, Duke Nukem 3D, Morrowind et bien d'autres.

    A côté de ça on retrouve Retropie pour l'émulation, mais d'autres émulateurs sont installables comme Dolphin (pour tests car il ne faut pas s'attendre à des jeux pleinement jouables), DosBox-X et Wine. Il est donc théoriquement possible de jouer à des jeux comme Diablo2 (je n'ai pas encore essayé mais des tutos en anglais expliquent comment faire).

    Sans devenir complètement grand public, avec cet OS, le RPi4 commence à devenir un hardware de mobilité vraiement polyvalent et très intéressant pour les utilisateurs curieux et un minimum débrouillards.

  • Je vais surement en prendre un. Peut-être un pi400 qui me fait de l'oeil. J'ai juste peur qu'il prenne la poussière dans un coin.

    Quels sont les usages pratiques intéressants que tu en as fait en dehors de l'émulation ? Un serveur quelconque, domotique ?

  • J'ai installé une Pie 4 avec TwisterOS ce week end. Mais j'ai pas eu le temps de la brancher.

    Tout doucement, je cherche une solution viable pour m'éloigner de macOS qui lui même s'éloigne des idéaux qu'il avait amené il y a 20 ans.

  • Le Pi400 c'est le clavier intégré ? Il n'est pas qu'en Qwerty ? En tout cas il semble avoir un très bon refroidissement mais certains sont déçu, mais comme sur de nombreux portables, qu'il n'y ait pas assez d'espace dans les connectiques et que dans ces connectiques il n'y ait pas un port HDMI classique, que du mini, ni un port jack.

    Après avec une RaspbianOS de base j'ai déjà fait sur un Pi3 un serveur web en https sous Apache avec gallery photo mais aussi un accès VNC over SSH sans aucun soucis. Bien sûr ça demande à mettre en place quelques outils de protection comme fail2ban tout en modifiant les ports de bases pour éviter les attaques de bots mais ça fonctionne bien, j'ai même fait quelques pages PHP avec du sqlite (je n'ai pas testé MySQL mais cela devrait fonctionner sans problème).

    Bref, le Pi4 n'aura donc aucun mal à faire tourner un petit serveur. Pour la domotique je n'ai pas trop regarder, mais je pense cela tout à fait possible.

    Je n'ai pas regardé les applications et services que proposait d'installer piKiss mais les sections existent.

    Je n'ai pas eut la chance de tester les concurrents des Raspberry, mais ce Pi4 commence effectivement a être un petit ordinateur bureautique portable de plus en plus convaincant pour qui à des notions de Linux (terminal) et de réseau (connexions distantes). Maintenant il est clair que pour tout ce qui est montage vidéo et autres logiciels gourmand en ressources, il n'est pas fait pour, même si certains ce sont amusé à en mettre plusieurs en cluster, mais bon...

  • Oui c’est le clavier, un peu comme l’Apple //. 🤩 Il existe une version française mais c’est sur que je ne m’attends pas à avoir une très haute qualité de fabrication.

  • Bah j'avais pas vu l'existence en Azerty, par contre il n'a pas de pad numérique sur le clavier, c'est donc pas une version étendue et ça me dérange un peu. A part cela il semble avoir de bonnes perfs grâce à sa grande plaque permettant un refroidissement assez efficace. Par contre il semble vraiement séduire, parce que pour 80 euros, il faut compter 6 à 8 semaines pour l'avoir chez un revendeur officiel français.

    Mais comme je disais, le Pi4 peut-être un petit portable d'appoint très convaincant,donc sa réussite ne m'étonne qu'à moitié.

  • Ce weekend j'ai testé quelques distributions autres que Retropie et Recalbox.

     

    Je précise que je les ai testés très succinctement, cela laisse présager de tout l'intérêt que je leur ai trouvé.

     

    Hors catégorie, PES, pour Personal Entertainement System est très sommaire. Je considère qu'il s'agit d'un partage d'un outil personnel et ne donnerai donc pas d'avis tranché sur cette distribution et passerai donc directement au suivant.

     

    Lakka n'est ni plus ni moins que RetroArch porté sur RPi. Très sommaire également il ne propose pas mieux que ce que RetroArch ne fait de base. Par contre pour y mettre des roms autant dire que ce n'est pas une partie de plaisir, il faut activer manuellement SSH et malheureusement les comptes et mots de passe ne semblent pas être ceux standard.

     

    Ludo, connu sur Mac pour être une interface simplifiée de RetroArch avec un minimum de cœurs est exactement la même chose pour Raspberry Pi, mais pour cette plateforme, en version Alpha. Très peu de cores sont donc disponibles et si samba et ssh sont activables via l'interface, le premier n'a pas été détecté dans les connexions serveur et pour le second je me suis retrouvé avec le même soucis que Lakka, à savoir ne pas connaitre les login/password associés puisque non standard.

     

    J'ai donc fini avec Batocera, plus connu. Cette fois-ci on se rapproche bien plus d'un recalbox mais avec une interface que je trouve un peu plus "kitch". L'affichage des roms pré-scrappées privilégie le mode vidéo, plus gourmand, la navigation se déroule au gré de musiques moins jazzy et plus punchy que dans recalbox, tapant un peu sur le système le temps avançant. Mais surtout, le rendu de l'émulation n'est pas en plein écran, ce qui n'est pas incompréhensible mais au lieu de bandes latérales, la distribution opte pour un overlay simulant les bords de la machine émulée. Chacun appréciera, ou non. Le très bon point de cette distribution est le binaire de devilutionx qui permet de jouer assez simplement à Diablo à la manette. Le fan que je suis, apprécie.

     

    Cette fois-ci le samba est reconnu et en mode invité il est donc facile de déposer roms et bios même si cela n'est pas aussi simple que Recalbox.

    Par contre question customisation, on est très loin d'un Retropie. Encore une fois il faut activer manuellement le ssh et le compte a utiliser est root avec un password non conventionnel (mais au moins précisé).

     

    Ce que propose Batocera est surtout le fait de pouvoir formater une clé ou disque externe pour y mettre des roms. Batocera semble donc être plus enclin a utiliser un volume de stockage externe. J'ai donc l'impression que cette distribution est plus indiquée pour un mini-pc qu'un RPi.

     

    En prenant en compte que j'ai fait ces tests sur un RPi avec MacOSX comme ordinateur, mon choix personnel des distributions de retrogaming sur le support se porte prioritairement sur Retropie, complet et customisable avec des accès au système plus simple que sur les autres distributions pour le faire. Ensuite je resterai plus sur Recalbox pour sa facilité d'utilisation et son interface même si cela signifie moins de systèmes émulés. Arrive derrière ces deux distributions batocera, qui pour moi est plus une curiosité mais qui, si j'acceptais d'avoir un DD externe de connecté à mon RPi, permettrai de stocker un maximum de fullset (mais je n'y vois pas mon intérêt pour le moment à la vue du nombre restreint de cœurs proposés par rapport à Retropie).

  • J'ai récemment fait l'acquisition du PiBoy DMG avec une coque transparente et l'adaptateur HDMI.

     

    Premièrement l'assemblage. Tout est dans le pack avec le tournevis et des gâchettes de remplacement, couleur rouge.

    L'assemblage n'est pas complexe, mais il demande de bien noter où se trouvents les différentes vis suivant leur longueur et surtout il faut bien prendre son temps pour bien faire l'assemblage dans l'ordre sinon vous devrez sans doute dévisser une bonne partie du tout comme j'ai dû le faire avec l'adaptateur HDMI et son cache. Donc ne cédez pas à l'excitation d'allumer rapidement la bête et prenez bien votre temps. Surtout que je trouve qu'au final les finitions auraient pu être un peu meilleures vu le prix, par exemple je n'ai pas changé les gâchettes car je trouvais que celles de rechange frottait trop avec l'encoche plastique (mauvais découpage) et donc revenait mal à l'état initial. Mais dans l'ensemble c'est quand même très correct.

     

    Pour ce qui est de la distribution, seule une image Retropie spécifique incluant la gestion de l'écran est disponible officiellement sur le site.

    Elle fonctionne plutôt bien. J'ai déjà eu de rares fois des erreurs de démarrage et parfois la connexion au wifi demande un redémarrage. Mais à part cela tout fonctionne plutôt bien.

    L'avantage de Retropie, qui peut aussi être son point faible suivant ce que l'on attend, est sa facile modification. Ainsi j'ai pu ajouter Streets of Rage Remake, VCMi pour Heroes of Might & Magic III, devilutionx pour Diablo, réactiver Pixel pour avoir accès à Chrome, VLC, un lecteur d'eBook, etc.

    Par contre, pour une raison que j'ignore, mes deux émulateurs NeoGeoCD ne fonctionnent plus... Bon vous me direz qu'avec les nombreux émulateurs fonctionnels de la NES à la Dreamcast en passant par la NeoGeo et la Playstation, il y a déjà de quoi faire.

     

    L'écran a un très bon rendu, par contre il a un point faible, sa résolution qui n'est que de 640x480. Ainsi abandonné l'espoir de jouer à Diablo 2 qui s'affiche au minimum en 800x600 et il faudra revoir les fichiers de résolutions de VCMI pour avoir accès à la majorité des boutons de HoMM3.

    Côté son, on a le droit a un speaker mono qui grésille un peu. Si pour des sonorités de jeu 8 bits, voir 16 bits cela reste audible, branchez les écouteurs si vous souhaitez réellement profiter d'un son correct.

     

    RPi 4 oblige, la batterie se vide plus ou moins vite suivant l'utilisation, en clair si vous tiendrez des heures à jouer à la gameboy, abandonner de regarder une saison complète de votre série préférez sans pouvoir recharger. A noter d'ailleurs que si Kodi fonctionne bien ainsi que ses add-ons radio et tv, il faudra à chaque fois modifier la sortie audio suivant si vous brancherez votre piBoy en HDMI ou non, et que l'arrêt de Kodi ne fonctionne vraiment pas bien engendrant très souvent un fichier core à la racine.

     

    Pour ce qui est des contrôles, la croix directionnelle et les six boutons sont plutôt bons, tout comme les deux boutons select et start. Si le bouton R se trouve assez facilement, j'ai toujours du mal à appuyer sur le L, je le perds parfois car c'est le côté où ma main bouge pas mal du fait que les directions sont de ce côté. Le stick est correct ou plutôt moyen. Je m'explique. Appuyer dessus simule un 10ième bouton et cela fonctionne très bien. On peut triturer le stick dans tous les sens et en règle général la direction est toujours bien suivie et très réactive. Mais sa mauvaise qualité vient de sa calibration très aléatoire. Il suffit de lancer QJoyPad sous Pixel pour se rendre compte qu'à l'initialisation il n'est jamais vraiment en position neutre. Il y a toujours un très léger décalage sur le plan X et même Y et parfois, si au lancement de l'application le décalage est trop grand, la souris bouge toute seule vers le haut ce qui est ultra gênant pour ne pas dire injouable. Cela est visible facilement avec ScummVM et demande parfois de relancer l'émulateur en espérant avoir une calibration proche du neutre.

     

    C'est vraiment très gênant parce que pour tous les jeux où j'émule une souris avec xboxdrv ou simplement les jeux de combats demandant à faire des arcs de cercles et bien ça devient injouable. Et le côté aléatoire qui fait que cela peut s'améliorer ou se détériorer est vraiment perturbant. Bref, mieux vaut privilégier la croix si cela est possible et les boutons sur la face.

     

    Pour le prix de l'objet (sans adaptateur HDMI ni le Raspberry), il faut bien être conscient des capacités proposées, des petits manques ou ratés et se demander personnellement si cela a vraiment un interêt. Il est clair que si vous n'êtes pas nomade, un Rpi sous la TV est amplement suffisant et fera tout autant, voir bien mieux le job. Par contre, si vous êtes un gros joueur nomade retrogaming plutôt orentié 8/16/32 bits, voir un peu plus suivant vôtre batterie, cela peut être assez intéressant en tant que console portative. Vous pouvez ainsi de brancher la piboy à votre tv et ainsi que votre manette préférée de façon filaire ou en bluetooth, puis de partir en dehors de chez vous avec votre piboy pour continuer la partie et de revenir le brancher à votre retour pour finir votre jeu.

  • Que pensez-vous de la nouvelle steam deck ?

  • C'est la console portable de Valve ? J'avoue j'ai rien suivi des annonces. Donc aucun avis, et toi tu t'es penché sur cet objet ?

  • Non, même pas, je pensais justement avoir du jus de mac-emu laaaa!!! ça l'air d'une chouette portable, mais j'suis persuadé qu'elle va juste venir gapper le temps.

  • EPLEPL
    19 juil. modifié

    Pour ta Retropie Emu, si tu l'as encore. Selon l'auteur, une version ultrawide est route aussi.

    Imaginez un Link to the past ou Chrono Trigger 😫J'en pleure.

  • Oui, j'ai appliqué le patche mais je n'ai pas encore testé sur ma retropie. Faut dire qu'en mode écran portable, pas certain que je vois une réelle différence. Un Sonic en WideScreen serait pas mal non plus, histoire d'avoir un temps d'anticipation supplémentaire comme notre hérisson est lancé à pleine vitesse. ;-)

Ajouter un commentaire

Éditeur de texte riche. Pour modifier le style d'un paragraphe, cliquez sur l'onglet pour aller dans le menu de paragraphe. De là, vous pourrez choisir un style. Rien conserve le paragraphe par défaut. Un menu de formatage en ligne s'affichera quand vous sélectionnez le texte. Cliquez sur l'onglet pour rentrer dans ce menu. Certains éléments, tels que les codes d'intégration, les images, les indicateurs de chargement et les messages d'erreurs peuvent êtres insérés dans l'éditeur. Vous pouvez naviguer dessus en utilisant les flèches du clavier au sein de l'éditeur et les supprimer avec la touche supprimer ou la touche retour.